Poursuivons la découverte de l’Ouest de la Slovénie avec ce qui est l’une des plus belles vallées d’Europe : la vallée de la Soča. Traversée par la fameuse rivière Soča, reconnaissable à ses eaux d’un somptueux bleu vert et qui fait tout le charme de la régon. Tout au long de son cours d’eau, on y admire les gorges, chutes, cascades et rapides, formant un paysage sauvage d’une insoupçonnable beauté. La région prête ainsi aux diverses activités nautiques ainsi qu’à la pêche. Les montagnes qui l’entourent sont aussi un terrain propice aux randonnées et aux amoureux de la nature. Elle est aussi un lieu chargé d’histoire, théâtre d’affrontements terribles durant la première guerre mondiale. Explications.

Où se situe la Soča ?

Nommée Dolina Soče en Slovène, la vallée de la Soča longe la frontière Italienne au Nord Ouest de la Slovénie. Elle s’étend au Nord du parc national du Triglav, depuis Bovec en passant par Kobarid, Tolmin jusqu’au début de la vallée de la Vipava. Elle est surtout connue pour la très jolie rivière du même nom, qui prend sa source depuis les Alpes Juliennes à Trenta. Précision : la rivière Soča traverse également l’Italie, il est donc courant de la nommer par son nom italien : isonzo. Ne vous étonnez donc pas si j’utilise également cette appellation dans ce guide.

rivière soca

5 activités à faire dans la vallée de la Soča :

Sports à sensation fortes, randonnées intensives ou ballades plus tranquilles, il y a énormément de choses à faire ici. Petit florilège des activités à expirémenter :

  1. Rafting : Les eaux de la Soča sont très réputées pour la pratique du kayak et du rafting, grâce au dénivelé et aux excellentes conditions, notamment à partir du printemps. De nombreuses agences à Bovec et Kobarid organisent des excursions ou proposent la location de tout le matériel nécessaire (combinaison, casque, rames,…).
  2. Canyoning : Explorez la rivière tout en prenant une bose dose d’adrénaline en essayant le canynoning. Accompagné d’un professionnel et équipé de tout l’équipement de sécurité indispensable, vous descendrez le canyon et franchirez les cascades et différents obstacles naturels à l’aide d’une corde. Se renseigner à Bovec et Kobarid également.
  3. Pêche à la mouche : les férus de pêche en eau douce adoreront les spots que proposent la Soča, dans un cadre de rêve, sauvage et authentique ! La pêche à la mouche est ici la seule autorisée. C’est l’un des meilleurs endroits pour la pratiquer en Slovénie, notamment grâce aux eaux pures et claires de la rivière et aux multiples espèces de poisson que l’on y trouve.
  4. Randonnée : De part sa géographie, au milieu des montagnes, cette vallée alpine offre de nombreux sentiers pédestres. Impossible de tous les citer tant il y en a, on est ici dans les Alpes Juliennes ! Le mieux étant d’acheter une carte qui liste les différents itinéraires ou de demander conseil à l’office de tourisme de Bovec par exemple. On peut citer l’historique Chemin de la Paix qui longe la Soça et suit les lignes du front de la Première Guerre Mondiale.
  5. Parapente : Prendre de la hauteur pour mieux observer les choses, en voilà une bonne idée pour avoir un autre aperçu de la vallée. A condition de ne pas avoir le vertige :-). Il existe des agences à Tolmin mais aussi à Bovec.
Kayak sur la Soca

Top 10 des lieux à visiter dans la vallée de la Soca :

La ville de Kobarid

Souvent désignée par son nom italien Caporetto, Kobarid est une bourgade pittoresque de quelques 4000 habitants, située à seulement 9 km de la frontière italienne. Aux pieds des montagnes, Kobarid est une petite ville charmante au bord de la rivière Isonzo, avec son campanile blanc et les nombreux édifices qui rappellent l’histoire chargée de la région. Il faut préciser que son histoire est mouvementée et que sa renommée doit beaucoup à la célèbre bataille de Caporetto en 1917 (voir plus bas pour plus d’explications). Si vous visitez passer par là, ne manquez surtout par l’excellent musée de Kobarid qui se consacre pleinement aux batailles de l’Isonzo durant la première guerre mondiale.

Le chemin historique de Kobarid

Cet itinéraire d’environ 5 km part à la découverte des monuments historiques et naturels aux alentours de Kobarid. Il débute au musée de Kobarid et se poursuit par la visite des sites suivants :

  • L’ossuaire Italien, près de l’église Saint-Antoine, construit par Benito Mussolini en 1938, qui a reçu les ossements de plus de 7000 soldes italiens morts au front lors des batailles de l’Isonzo durant la première guerre mondiale.
  • La colline de Tonoc : un site archéologique où l’on peut apercevoir les vestiges de différents édifices comme des maisons et églises.
  • La ligne de défense italienne avec ses tanchées et constructions établies par les soldats italiens pour défendre ce lieu stratégique qu’était la la Soča.
  • La passerelle de 52 mètres de long qui surmonte permet de passer d’une rive à l’autre. Juste impressionnant !
  • La cascade de Kozjak (voir plus bas)
  • Le pont Napoléon : d’abord construit en 1750, il a ensuite été traversé par l’armée Napoléonienne (d’où son nom), avant d’être détruit par les autrichiens lors de la première guerre mondiale avant d’être finalement reconstruit par les italiens.
  • Le musée de la fromagerie

La cascade de Kozjak

Ce trésor naturel caché dans une cavité souterraine est un véritable petit joyau. Après une magnifique marche de 30 minutes le long de la rivière Soca, vous arriverez au fond d’une gorge dans un décors magique : au milieu des roches karstiques se jette une cascade de 15 mètres dans une piscine émeraude. Époustouflant ! Selon la luminosité, la couleur de l’eau altèrne du bleu au vert. Le spot parfait pour réaliser de belles photos ! La cascade Kozjak (Slap Kozjak en slovène) est une étape du chemin historique de Kobarid. Vous pouvez donc y accéder facilement via cette randonnée. Sinon, un parking payant est disponible (vous ensuite seulement à marcher 30 minutes pour arriver à la chute d’eau).

Cascade Kozjak

La cascade de la Boka

Elle est l’une des plus impressionnantes chute d’eau du pays, notamment parce que son débit est le plus fort. Avec ses 144 mètres de haut et ses 18 mètres de largeur, elle est une curiosité naturelle qui se jette d’une grotte souterraine et qui attire le regard des curieux. On peut l’observer de la route mais le mieux est de marcher jusqu’au point de vue (environ 15 minutes de marche). Pour s’y rendre, comptez environ 6 kms de voiture depuis Bovec

Les gorges de Tolmin

Les gorges de Tolmin (Tolminska Korita) sont situées dans le parc du Triglav. Une promenade d’une heure vous mène à travers des sentiers, pontons en bois et passerelles à la découverte de ce sublime canyon. Les eaux sont cristallines et les roches calcaires sculptées par le temps offrent des panoramas parfois vertigineux. A l’image du pont du diable du diable qui donne à voir une vue de haut sur la rivière Tolminka. Lors de la ballade, vous pourrez également apercevoir une grotte et la Tête de l’ours, un rocher coincé entre deux parois qui a l’apparence d’une tête d’Ursidé. Un parking est aménagé. L’entrée est payante. Mais cela vaut le coup d’œil !

Most na Soči

Most na Soci est un village à seulement quelques encablures de Tolmin. Au confluent des rivières de la Soča et de l’idrijca, cette belle petite bourgade est tranquillement posée au bord d’un lac. Les eaux du lac affichent de belles couleurs émeraude, rappelant celles de la Soča. Louez-y une barque, un kayak ou un paddle pour en profiter pleinement ! Vous pourrez également visiter une  Le lieu est également l’un des sites préhistoriques les plus importants d’Europe, depuis que 7000 tombes remontant à la fin de l’age de bronze et époque romaine.

Tolmin

Au sud de Kobarid, Tolmin est une jolie ville alpine. Si vous y séjournez, aventurez-vous surtout dans ses alentours à la découverte de ses gorges mais également la belle église en bois du Saint-Esprit Javorca. Elle fut construite en 1916 pour commémorer les soldats tombés au front durant la bataille de l’isonzo.  C’est également un lieu réputé pour la pratique du parapente.
Dynamique culturellement, Tolmin est une ville qui bouge. En témoigne les différents festivals de musique qui s’y déroulent. Le Metaldays (anciennement Metalcamp) d’abord, un festival de  heavy métal qui a généralement lieu fin juillet et début août. Et puis le Soca Reggaer Riverplash ensuite, un festival de Reggae qui a aussi lieu lors de la saison estivale.

Idrija et la mine de mercure

Inactives aujourd’hui, les anciennes mines de mercure ont fait la réputation de la ville, à tel point qu’elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis juin 2012. C’est à partir de la découverte de mercure en 1490 qu’Idrija se concentra sur l’extraction de ce précieux précieux métal, devenant ainsi la deuxième plus grande mine de mercure du monde et une ville européenne très riche au Moyen-Age. Elles sont aujourd’hui ouvertes aux visiteurs à la galerie mine d’Antonij. Le musée municipal d’Idrija se consacre aussi au passé minier de la cité ainsi qu’à la dentelle, un autre savoir-faire mondialement connu de la ville. Idrija est décidément riches en surprises !

Villages et vignobles de Goriska Brda

Au nord ouest de Solkan, les collines de Goriska Brda sont réputées pour les vignobles et la culture des cerises. Cette magnifique région enclavée près de la frontière Italienne fait apprécier son esprit authentique, sa douceur de vivre, et ses spécialités gastronomiques, dont le fameux vin Rebula. Circulez sur ses petites routes tortueuses à la découverte des vignes, villages traditionnels et des oliviers pour explorer toutes ses richesses. Ne manquez pas ses incontournables comme le château de Dobrovo style Renaissance, le charmant village fortifié de Šmartno ou le festival de la cerise (fin mai et début juin)

Le Chemin de la paix

Témoignage du passé, cet itinéraire balisé d’environ 100 km longe la Soca, commémore les batailles de l’Isonzo et rend hommage à la paix. Des Alpes à l’Adriatique, il explore les vestiges des anciennes lignes de front de la première guerre mondiale à travers les bunkers, tranchées, musées de plein air, ossuaires et monuments. Un excellent moyen pour se connecter avec la nature tout en prenant conscience de ces douloureux épisodes de l’histoire européenne. Il est possible de s’accompagner d’un guide pour en apprendre plus sur les différents sites.

Histoire de la vallée : les batailles de l'Isonzo

Le front de l’Isonzo (Soča en slovène) désigne les combats féroces qui se sont déroulés pendant la première guerre mondiale entre l’Italie et l’Autriche-Hongrie. On compte au total 12 batailles qui se déroulèrent entre juin 1915 et septembre 1917. La particularité de ces batailles est qu’ils eurent lieu dans un environnement montagneux. Le fleuve de la Soča était alors un lieu stratégique car situé à la frontière et constituant une barrière naturelle. Les combats qui se passèrent dans la vallée furent particulièrement sanglants. Le nombre de soldats morts est estimé à 500 000 dont 300 000 italiens et 200 000 austro-hongrois. Sans compter les nombreux blessés, prisonniers et pertes humaines du côté des civils.

La douzième bataille de l’Isonzo, plus connue sous le nom de bataille de Caporetto (aujourd’hui Kobarid en Slovénie), est la dernière de cette ligne de front, marquée par une cinglante défaite des italiens qui durent se replier en territoire transalpin. Cet évènement est d’ailleurs décrit par Ernest Hemingway dans son roman de style autobiographique l’Adieu aux armes. Ambulancier sur le front, Hemingway fut d’ailleurs blessé par un tir de mortier dans les environs de Gorizia. Ci-dessous une vidéo qui explique la victoire austro-hongroise à Caporetto.

Informations utiles :

Voici les centres d’informations touristiques pour vous renseigner et avoir un maximum d’informations sur place :

rg golobarskih žrtev 22
5230 Bovec

Petra Skalarja 4
5220 Tolmin

Trg svobode 16
5222 Kobarid

Fermer le menu