Symbole national au même titre que le mont Triglav, l’Ours un véritable emblème de la Slovénie. Depuis de nombreuses décennies, l’Ursida (autre nom de l’ours) s’est fait une place de choix dans le cœur des Slovènes, qui se sont démener pour protéger cet animal autrefois menacé. Plus nombreux et mieux intégrés, les ours font partie du paysage. A tel point point qu’il est devenu même un centre d’intérêt touristique mis en avant par le gouvernement Slovène. L’homme et l’ours se côtoient. On raconte ici que l’Ours vie en harmonie avec les hommes. Explications.

ourson brun slovénie

L'Ours, un animal protégé et régulé

A la différence de la France où la réintroduction des ours brun (qui viennent d’ailleurs de Slovénie) suscite un un vigoureux débat, la Slovénie a excellemment réussit sa réhabilitation, en évitant les controverses. Je vous explique comment.

Une espère en voie de disparition jusque dans les années 1920

L’ours brun n’a pas toujours prospéré en Slovénie. Menacé d’extinction jusqu’au début du XXème siècle, il aurait pu complètement disparaître du territoire si rien n’avait été fait. On estimait à moins de 40 le nombre de spécimens juste avant la première guerre mondiale.

Un programme gouvernemental pour protéger l'animal

C’est à partir de l’année 1931 que le gouvernement a fait des efforts pour préserver et développer l’ours brun. Leur nombre commença alors à croître doucement pour arriver jusqu’à 160 individus à la fin des années 1950.  C’est en 1966 qu’une zone géographique de 3500 km2 est dédiée à sa gestion et à sa protection dans le sud de la Slovénie, où la faible densité de population humaine et le peu de bétail créé un environnement sans risques. Cette zone fut étendue à 5200 km2  en 1995. Tous ces efforts déployés permirent à l’Ursidé de croître rapidement et de se propager sur le reste du pays. Il est difficile de recenser le nombre exact d’Ours aujourd’hui. Le service forestier Slovène mesurait en 2007 une population d’environ 500 d’individus.

Une population régulée

Protégée, la population d’Ours Slovène reste néanmoins contrôlée, cela pour éviter les risques de conflits avec les hommes. Cette régulation passe un déplacement dans des zones isolées ou par un quota de prélèvement, c’est à dire des captures et abattages exceptionnels.

En matière de cohabitation avec l’homme, beaucoup de prévention a été réalisée par le gouvernement et l’office slovène des forêts pour anticiper les conflits, comme éliminer la tentation des poubelles dans les zones potentiellement exposées. Les poubelles municipales ont par exemple été remplacées par des conteneurs solides enfermés dans des structures métalliques. L’installation des barrières électriques pour protéger le bétail est aussi subventionné à 80% par et les pertes de cheptel sont dédommagées.

Qui est l'ours de Slovénie ?

Aussi appelé Ursus arctos, l’ours brun est une espèce de la famille des Ursidés. Il est le plus grand animal sauvage d’Europe. Voici quelques explications sur ses caractéristiques, ses habitudes et son mode de vie.

Propriétés physiques :

Doté d’un corps massif, l’ours brun est reconnaissable à sa bosse proéminente située au niveau des épaules, à yeux relativement petits, ses pattes larges et sa petite queue de 10 cm de long. Son pelage brun peut présenter en réalité des teintes diverses, allant du fauve clair au brun plus sombre. Celui-ci varie également en fonction de la saison, ayant tendance à s’éclaircir lors de la saison estivale. Ses pattes à 5 doigts sont prolongées par de longues et puissantes griffes. Ce mammifère est plantigrade, ce qui veut dire qu’il peut marcher sur la plante des pieds. L’ours mâle est plus grand et gros que la femelle. Son poids peut dépasser les 200 kg.

Régime alimentaire

Bien qu’appartenant à la famille des carnivores, l’Ursus arctos possède un régime alimentaire omnivore. Il se nourrit surtout de végétaux. Il aime manger les fruits des arbres et plantes de la forêt du printemps jusqu’à l’automne. En automne, lorsqu’il doit accumuler les graisses pour l’hivernation, il profite des arbres forestiers (noisetiers, hêtre, châtaigner…) et des arbres fruitiers des vergers (poiriers, pommiers, pruniers). Il pourra aussi manger des insectes pour subvenir à ses besoins. Les carcasses d’animaux morts sont également une source d’alimentation pour l’Ours. Enfin, il peut également être un prédateur s’attaquer à des troupeaux lorsqu’il en a l’opportunité.

Hivernation

C’est lors de la période hivernale que l’ours hiverne. Il fait froid, la nourriture se fait rare, le mammifère se retire au fond de sa tanière pour passer ces mois les plus compliqués. Sa température corporelle diminue, son rythme cardiaque ralentit et c’est tout son métabolisme qui se met presque en pause. Il se recroqueville sur lui-même et ne sortira que très peu, pour prendre le soleil de temps en temps. Lors de la période d’hivernation, l’ours ne mange pas, n’urine pas et ne défèque pas. Il a au préalable accumulé un stock de graisse suffisant pour rester de longues semaines dans cet état. Il reste néanmoins vigilants aux bruits et intrus qui pourraient le perturber ou le mettre en danger.

Attention à ne pas confondre l’hibernation et l’hivernation :

  • l’hibernation désigne un état de léthargie très avancé. Les parties du cerveau qui commandent les actions vitales de l’animal sont les seules à rester actives.
  • pour l’hivernation, au contraire, le cerveau demeure très réactif. C’est donc le cas de l’ours qui se réveille s’il ressent la présence d’un danger et qui pourra temporairement se déplacer.

Reproduction

L’ours est une espèce polygame, ils peuvent donc changer plusieurs fois de partenaires durant la période de rut. Cette période d’accouplement a généralement lieu de mai à début juillet. L’ourse donnera naissance dans la tanière à une portée de 1 à 4 oursons en janvier ou février. Le nouveau né pèse alors seulement 0,5 kg. L’allaitement dure ensuite 6 mois, et les oursons seront considérés comme autonomes entre 1,5 et 2,5 ans.

La maturité sexuelle d’une femelle intervient à l’âge de 4 – 5 ans. Les ourses mettent bas environ tous les deux à trois ans. L’espérance de vie d’un ours en nature est estimée 25 – 30 ans.

Zone d'habitat et activités

L’Ursus arctos est un animal solitaire qui entretient des rapports épisodiques avec ses congénères, notamment lors du rut, de l’élevage des jeunes ou lors d’éventuelles concentrations saisonnières.

On le considère comme un sédentaire bien que son domaine vital s’étende sur plusieurs milliers de km. A l’exception de la période d’hivernation, il est perpétuellement en déplacement à la recherche de nourriture, aidé pour cela d’un odorat et d’une ouïe très développés, à contrario de sa vue, réputée moins performante. Il est ainsi capable de se déplacer quotidiennement plus de 5 km. La nuit, il alterne les périodes de repos et d’activité.

L’ours brun s’adapte aux différences zones géographiques. Il peut occuper aussi bien les plaines, vallées et montagnes. On le trouve aujourd’hui principalement dans les environnements boisés et montagneux les plus reculés, généralement loin de l’homme.

Où vit l'ours brun en Slovénie ?

La population d’individus d’ours est dispersée en Slovénie. Elle s’étend du Nord Ouest (aux frontières autrichienne et italienne) jusqu’au Sud (frontière avec la Croatie). La grande partie des ours slovène se concentre néanmoins au sud de Ljubljana dans ces trois régions : région du haut karst, région de Nostranjska range et la région de Kočevje – Bela Krajina.

carte ours slovénie
Densité population de l'ours brun en Slovénie

Comment observer les ours en Slovénie ?

Des excursions sont proposées en forêt pour tenter d’apercevoir un ours, et avec un peu de chance la femelle et ses petits. Il s’agit souvent d’une observation depuis des points d’observation perchés en hauteur, accompagnée d’une guide forestier expérimenté. Avec un peu de patience (et du silence), vous aurez probablement la chance d’apercevoir l’ours brun et pourquoi pas la femelle et ses petits. Imaginez un peu cet impressionnant animal sauvage à seulement quelques mètres de vous…chair de poule garantie !
Fermer le menu